dimanche 5 juillet 2015

Sommaire

 

                     

Portail de votre délégué A.C.M.N

                   

Monsieur Ballery Bruno 
Délégué A.C.M.N pour les départements :
77, 02, 60, 51, 10, 89   
 
Mail: bruno.ballery@orange.fr 
   Autres blogs :  Guerre Franco - Allemande

 

 

 



 --

      

 


 

--

RAPPEL DES VISITES & INTERVENTIONS : 

  

 

 

 

 

--

 

 

Samedi 2 Juillet 2016

  Cimetière d'Essomes-sur-Marne 

(Aisne)


Intéressante sépulture dans ce cimetière d'un artilleur du second Empire



 Né à Bonneil ( Aisne ) le 8 mars 1774, Jean Antoine LECOINTRE est élevé au grade de chef de bataillon au 35ème régiment d'infanterie légère le 8 août 1813.

Sépulture de Jean Antoine LECOINTRE.

Né à Bonneil ( Aisne ) le 8 mars 1774, Jean Antoine LECOINTRE est élevé au grade de chef de bataillon au 35ème régiment d'infanterie légère le 8 août 1813.

Fourrier en 1796, lieutenant en 1802, il est nommé capitaine en 1806 puis chef de bataillon au 35e léger en 1813.
Il participe en 1805 à la bataille d'Ulm, puis en Russie en 1812 et servit en Italie de 1813 à 1814.
Tombe restaurée en 1989 par l'A.C.M.N.




 

  

  --

Lundi 01 Juin 2016

  Cimetière de Belleu (Aisne)

Complément d'information.

MARILLAC Jacques Victor Hippolyte de, 1773-1812

 

né au Puy (Haute-Loire) 29 décembre 1773
Aux Chasseurs à cheval de Picardie 10 décembre 1788 devenus 7e chasseurs à cheval 1er janvier 1791.
Lieutenant au 57e d'infanterie 1 juin 1792,
abandonne 23 mai 1793. Commandant d'une compagnie franche de la Vendée 1795.
Incorporé aux guides de l'armée du Rhin 21 décembre 1797, brigadier 14 février 1799.
Maréchal des logis 21 mars 1799.
Aux guides à cheval de l'armée d'Helvétie 19 mai 1799.
Il est nommé sous-lieutenant dans la garde du général  en chef 9 mai 1800, lieutenant 23 septembre 1800, au 8e de cavalerie 5 mai 1801.
Lieutenant de la compagnie d'élite à la formation en 8e cuirassiers 10 octobre 1801.
 adjudant-major 27 janvier 1807.
Capitaine 17 avril 1807.

Tué à la Moscowa 7 septembre 1812.

 

Source : Dictionnaire des officiers de cuirassiers du 1er Empire, par Lapray.

Pour ces informations précieuses,
 Merci à : Alain Chappet / David Pelletier.

  --

Samedi 28 Mai 2016

BELLEU

 Monsieur le Maire Philippe MONTARON

Madame Patricia Keates, Maire-adjointe, chargée de la culture

Madame la députée Marie-Françoise BECHTEL

 

Inauguration de la tombe rénovée du

Général Annet MORIO DE L'ISLE

Baron de l'Empire

Officier de la Légion d'honneur

BELLEU VENDREDI 28 MAI 2016 


--

 

  Vendredi 27 Mai 2016

Sépulture de Michel Georges Montécot de la Maladière

Cimetière de Langres

Photo Mr Sylvain RIANDET 



 

 Montécot de la Maladière (Michel Georges), Langres (Haute Marne) 5 décembre 1793 – décès à Langres le  22 décembre 1891, 98 ans.

Fils de jean Nicolas Montécot de la Maladière, économe des hospices, et de Didière Petitot ; marié à Thérèse Battonot.

Bien qu’ayant tiré au sort un numéro signifiant son enrôlement dans les armées de Napoléon (Le numéro 90), son incorporation en 1812 est ajournée par conseil de recrutement pour cause de faiblesse de constitution.
C’est finalement le 19 juin 1813 qu’il entre, en tant que chirurgien  sous-aide, à la 6e division militaire de la Grande Armée.
Attaché au corps de du général Le Marois tenant la place de Magdebourg (Allemagne), il est assiégé par les troupes Prussiennes du 15 septembre 1813 au 20 mai 1814 ; Il est un des deux médecins sur huit qui échappent à l’épidémie de typhus qui sévit dans la ville. Chargé de ramener en France un convoi de 150 typhiques convalescents (juin 1814), il déjoue la surveillance de l’ennemi et parvient à faire passer le Rhin, sur des barques, à tous ces malades.
Après la guerre, il poursuit sa carrière de médecin au sein d’hôpitaux civils et militaires (à Langres en particulier)
Officier de l’instruction publique et médaillé de Sainte-Hélène, il était également chevalier de la légion d’honneur (31 décembre 1855).
Une fracture de la jambe survenue deux ans avant sa mort, le maintenait presque en permanence à son domicile.
Michel Georges Montécot de la Maladière repose au cimetière de Langres.  


--

 

  Sépulture de Marie Françoise DE BEAUHARNAIS

Carré N°1 droit - 14e rang - 4e tombe.

Marie Françoise de BEAUHARNAIS, est née le 7 septembre 1757 à la Rochelle, fille de Claude DE BEAUHARNAIS et de Marie-Anne Françoise MOUCHARD. Mariée en premières noces, en 1778 avec François DE BEAUHARNAIS, son cousin germain, fils de  François DE BEAUHARNAIS et de Marie Henriette PYVART DE CHASTULLE.
De ce mariage, naquit le 8 janvier 1781, une fille prénommée Emilie Louise.
Le divorce est prononcé le 16 juillet 1793 à Paris.
Elle se remarie ensuite le 23 octobre 1795 à la Mairie du 1er arrondissement de Paris, avec Charles Guillaume  CASTAING, veuf de Marie Anne DELAPORTE. Il était arrivé d'Haïti en 1791 , fuyant la révolte des esclaves.
En 1816, le couple s'installe à Sézanne, ou il loue une maison rue de l'Unité (actuelle rue de l'Hôpital).
Marie Françoise y décède le 24 juin 1822, agée de 64 ans, puis est inhumée au cimetière de Sézanne. Son mari, Charles Guillaume CASTAING meurt le 15 avril 1829, à l'âge de 75 ans.

  Sépulture de André Barthélemy BOISSONNET

Carré N°2 gauche - 7e rang - 4e tombe.

 

Cimetière communal, sépultures de
–  tombe colonel André-Barthelémy Boissonnet (1765-1839), baron de l’Empire, carré 2. (Dictionnaire des Colonels de Napoléon).
– Louis Harlet. Major colonel du 2e grenadiers à pied de la Garde impériale, général en 1813, il participe aux campagnes de Saxe et de Belgique. Créé baron de l’Empire en 1810. (Carré n° 4, 1er rang, sépulture de la famille Harlet, ensemble de trois tombes ; celle du centre, composée d’une dalle ne porte aucune épitaphe).
– Pierre-Nicolas-François Franvalet, chirurgien-major au 55e de ligne, médaillé de Sainte-Hélène : « ICI REPOSE / PIERRE NICOLAS FRANÇOIS / FRANVALET / CHIRURGIEN MAJOR EN RETRAITE / OFFICIER DE LA LÉGION D’ HONNEUR / DÉCÉDÉ LE 18 JUIN 1870 / DANS SA 85E ANNÉE. » (Carré n° 1 à droite, 13e rang, 1re tombe)

   Sources Alain Chappet.

--

 

--

 Mercredi 11 Mai 2016

Sépulture de Louis Zacharie TUPIGNY

à Ribemont Aisne France

Merci à Mr Thierry Marotine, policier municipal.

Photos 

Mr Thierry Marotine, policier municipal.

 


 

 

--

Souscription pour la restauration de la sépulture 

de Philogène Delacroix


 

 

--

BLANDY

  10 Avril 2016

Visite des sépultures

Général de brigade et baron d’Empire Laurent de SCHOBERT (1763-1846). 

 

Cimetière communal, sépulture du général Schobert : « Au général baron SCHOBERT, / Commandeur de la légion / d’honneur,

Chevalier des ordres  / de St Louis et de la couronne de / fer, Né le 30 avril 1763, /

Enfant de corps le 30 avril 1771, / Vo­lontaire le 30 avril 1779, / Général de brigade le 6 août 1811, / Mort le 30 avril 1846. / BATAILLES / …  / 1795 ORDINGEN / 1796 SULZBACH / 1799 NOVI / 1800 CHERASCO / MILAN / LODI / MONTEBELLO / MARENGO / 1805 DONAWERTH / MEMMINGEN / ULM / DIERNSTEIN / … VIENNE / HOLLABRUN / AUSTERLITZ / 1806 JENA / PULSTUCK / 1807 EYLAU / HEILSBERG / FRIEDLAND / 1809 TANN / ABELSBERG / ECKMUHL / RATISBONNE / ESSLING / WAGRAM / 1810 SARAGOSSE / 1811 DÉFENSE D’OLÉRON / 1812 ET 1813 DÉfENSE DE STETTIN / 1815 DÉFENSE DE SCHELESTADT. »  SOURCES ALAIN CHAPPET.



Visite des sépultures 

A Saint-Farjeau-Ponthierry

du colonel Joseph-Louis-Victor GREINER - Baron d'Empire.

 

 

Il ne reste rien de l’ancien cimetière de Saint-Fargeau-Ponthierry placé initialement autour de l’église, comme partout en France... Rien sinon deux vieilles tombes discrètes dans un coin d’ombre de l’édifice.

Jean-Pierre Abel Réumusat (1788 - 1832).

 


la suite de la visite du 10 AVRIL 2016 sur 

Portail de votre délégué A.C.M.N



                                           

--

 

PROVINS 

 26 MARS 2016

Visite des sépultures 

Cimetière communal, Ville-Basse, rue Courboison.

 

 

Jean-Baptiste Simon de la Mortière
Chef de bataillon en 1800, adjudant-commandant en 1804, il est créé chevalier de l’Empire en 1808 : « ICI REPOSE / UN GUERRIER / QUI A TOUJOURS SACRIFIÉ / À L’HONNEUR LA PATRIE / DÉCÉDÉ LE 16 SEPTEMBRE 1856 / À PROVINS. » (Obélisque, allée centrale à gauche, monument orné d’une Légion d’honneur 

la suite de la visite sur 

Portail de votre délégué A.C.M.N




--

 

23 MARS 2016

 

 

 
Nouveau portail de votre Délégué A.C.M.N 

Attention ce portail est en cours de création, il à l'unique objectif de vous tenir

Informé de mon actualité au sein de l'A.C.M.N.

Donc gardez l’œil sur mes deux sites.

 

 

--

 

17 MARS 2016

Le 16ème Léger que je préside, 

a proposé à la commune d’organiser une prise d’armes sur la tombe du général et de remettre une nouvelle plaque portant l’inscription, gal. MORIO, chef de corps du 16e Léger. La commune a accepté cette idée et nous avons convenu que cette prise d’armes se ferait le samedi 28 mai à 11h00.

Je vous propose donc de noter cette date dans votre agenda et celui de l’ACMN et de vous joindre à nous à cette occasion.



Jean-Louis DUTEL
Président du 16ème Régiment d'Infanterie Légère
1er Bataillon 

 

--

30 JANVIER 2016

 Louis Léopold BOILLY (La Bassée 1761 - Paris 1845)

Portrait du général Claude Ignace François Michaud Sur sa toile d'origine 22 x 17 cm.

 

 Visite de la sépulture

Général Claude-Ignace-François Michaud

Michaud fit la campagne de l’an IX (1801) en Italie, où il commanda l’arrière-garde de l’armée aux ordres du général Brune, et il se distingua aux passages de l’Adige et du Mincio. En 1801, Henri Beyle Stendhal, a été nommé aide du camp du général Michaud, par des recommandations de son compatriote et ami de toute la vie Martial Daru, frère de Pierre Daru, Ministre de l'administration de la Guerre. Plus tard, il soutint à la tête de l’avant-garde un combat opiniâtre entre Citadella et Castel-Franco, poursuivit l’ennemi jusqu’à Salva Rosa, et fit 800 prisonniers. À la paix, il fut nommé inspecteur général d’infanterie, commandeur de la Légion d'honneur en 1804, et obtint en septembre 1805 le commandement en chef des troupes françaises en Hollande, en remplacement du général Marmont. Appelé en 1806 aux fonctions de gouverneur des villes hanséatiques, il marcha le 7 mai 1809 contre le major Ferdinand von Schill, et le mit en fuite. Le général Michaud conserva ce poste jusqu’en 1813.

 

 

 

Demeure

· 16, rue du Général-Leclerc, le château de Luzancy a appartenu au général Claude-Ignace-François Michaud. 

 Cimetière rue de l’Eglise
· Dans l’ancien cimetière communal situé près de l’église, sépulture du général Michaud : « GÉNÉRAL MICHAUD / ANCIEN Gal EN CHEF / DE L’ARMÉE /
DU RHIN / DÉCÉDÉ À LUZANCY / LE 19.9.1835 / À L’ÂGE DE 84 ANS. » (Au milieu du cimetière).


 






Au fond de la sépulture du général Michaud, 
Le mur retient tout l'édifice, au milieu un Monarchenhügel
ou repose une surprenante découverte. Bien avisé celui ou celle qui sera le déchiffrer. Voila une merveille qui fera parler. Au bord de la sépulture, la stèle

Général Michaud / Ancien GAL en chef / de l'armée / du Rhin 
Décédé à Luzancy le 19 septembre 1835 / A  l'age de 84 ans.

Général de division il fut blessé au siège de Mayence alors qu'il commandait l'armée du Rhin, ce qui le rendit inapte au service de campagne. Il prit part
cependant à la campagne d'Italie en 1800 et occupa par la suite des fonctions administratives.  

 

 

--

JANVIER 2016


 

 

--

 

 

Bonne Année 2016

 

--

LE SOLDAT RUSSE DE PROVINS

 

Le squelette est maintenant enterré à Borodino.


crédit photo :

Andrey Zhuchkov


Mme Svetlana KLIMOVA, Музей-заповедник 143240, Borodino, Mojaisk, région de Moscou, Russie.
 Chargée de communication du musée où est enterré notre soldat par la décision du Ministre de la Culture russe.
 


 La photo «hommage» - le 6 décembre 2015, Le champ de Borodino, le photographe Andrey Zhuchkov.


Voilà une équation bien difficile à résoudre, ce qui n’aurait pas déplus au grand érudit Louis Rogeron. Depuis plusieurs mois, nous sommes à la recherche du nom de ce mystérieux « soldat cosaque de Provins ».   La réponse pourrait bien venir des registres du curé Mr PINARD qui accueillait les nombreux blessés à SAINT AYOUL qui servait d’hôpital.
Le 15 une affaire de cavalerie a lieu vers St Brice entre le 5e régiment de Dragons (3escadrons) et quatre escadrons de l’avant-garde du Général Rundinger. Sont présent à cette affaire de cavalerie, deux escadrons « Cosaque Ilowaiski », un escadron de  « Uhlans de Tschuïugew »   et un escadron de Hussard (non identifiée). 

Source 1 :

« Les premiers coups de feu ont lieu vers filles Dieux et à st Brice, Les dragons Français ont chargé des partis de cosaques et fait 27 prisonniers. » Louis ROGERON, les cosaques en Seine et Marne.

Source 2 :

« Un bataillon du général Rothembourg se bat contre des partisans à Saint Brice et aux Filles-Dieu (27 cosaques sont pris)…. » Daniel Grand – Bataille de l’Echelle – Bulletin de la société d’histoire et d’archéologie de Provins.

 Si les sources convergent au même résultat, sur les 27 prisonniers de l’avant-garde du général Rundinger,  les prisonniers blessés convergent vers SAINT-AYOUL
D’après les notes d’un certain Mr VAISSIERE de PARIS, dans le registre de Mr PINARD curé,  il y aurait la trace d’un soldat blessé à l’affaire de Saint Brice, provenant des Uhlans de Tschuïugew.   Notre mystérieux cosaque de Provins pourrais bien faire partie des  « Uhlans de Tschuïugew ».  Au moment du transfert de l’hôpital de SAINT-AYOUL vers SAINT QUIRACE. Nous perdons la trace dans Provins de ce mystérieux Uhlans.  

Seul nos amis Russes pourraient répondre à cette question, l’homme qui repose à Borodino serait un Uhlans de Tschuïugew.  


Général Rundinger


Avant garde du comte Palhen
du 6em Corps d’armée Russe   
Hussard de Grodno    6 Escadrons.
Hussard Sumz(Soum)    5 Escadrons.
Hussard d’Olviopol    4 Escadrons
Hussard de Lubni    5 Escadrons.
Uhlans de Tschuïugew  4 Escadrons.
Cosaque Wlaskow 2°    4 Escadrons.
Cosaque Ilowaiski    4 Escadrons.


®Nom du document    Commentaires / source    Date    Version
Archives militaires de Vincennes : Grande Armée, Campagne De France (Correspondance mars 1814). S.H.A.T. REF C2 182 183 184.           
Abbé PASQUES, journal de Provins pendant les quatre premiers mois de 1814, manuscrit XIXe S. Bibliothèque de Provins. Ms. 188.           
F.A DELETTRE,  Histoire de la Province du Montois, 1849-1850 (Réed 1983).           
Louis ROGERON, les cosaques en Seine et Marne.           
Frédéric HUMBERT, avocat, conseiller général de Seine-et-Marne. L’invasion de la Seine-et-Marne en 1814. 1885.           
Henry HOUSSAYE, 1814, libr.acad. Didier.Perrin.
1906.           
Georges LIORET, 1814, 1815 à Moret-sur-Loing et alentours. 1904.            
Daniel Grand – Bataille de l’Echelle – Bulletin de la société d’histoire et d’archéologie de Provins.     
Éric JOUGUELET – Histoire du cosaque de Provins.           




 

--

 

LUNDI 5 OCTOBRE 2015

Complément d'information en ce qui concerne

la sépulture de Jacques Victor Hippolyte Marillac 

à Belleu

 

Epitaphe de la veuve Thirion épouse de Marillac Jacques Victor Hippolyte, chevalier de la LH, capitaine mort en 1812

Marillac/Thirion mariés le 9 janvier 1804.

Marillac né au Puy, le 29.12.1773.

Capitaine au 8 e cuirassier tué à la Moskova.

N'est pas dans la base Léonore, car mort avant 1815.

Source : Dictionnaire des officiers de cuirassiers du 1er Empire, par Lapray.

Pour ces informations précieuses,
 Merci à : Alain Chappet / David Pelletier.

 

--

 

  Dimanche 4 Octobre 2015

BELLEU

    BELLEU. – À 2 km au S. de Soissons.
Parmi les quelques tombes situées près de l’église, on remarque celle de l’abbé et préhistorien Henri Breuil (1877 – 1961) où repose également Annet Morio de L’Isle, son arrière grand-père. Sous-lieutenant au 5e dragons (1800), lieutenant aide de camp de Louis Bonaparte (1803-1807), il commande le 16e léger en Espagne (1810). Général de brigade et baron de l’Empire en 1813, il prend part à la défense de Mayence en 1814. « GÉNÉRAL DE BRIGADE / ANNET MORIO DE L’ISLE / BARON DE L’EMPIRE / 1779 - 1828. » (Dalle surélevée à droite dans l’allée qui conduit à l’église).      Source Alain Chappet, Dominique Timmermans.  




 

 

  Quelle bonne nouvelle, la mairie de BELLEU a fait des miracles, une sépulture restaurée, deux plaques commémoratives, un travail de titan. Merci à M. Philippe MONTARON, son conseil municipal, et les équipes qui sont intervenus pour nous présenter un chef d’œuvre de restauration. BELLEU devient une ville napoléonienne ou le patrimoine a du sens et de la valeur. 


 

Une autre sépulture mérite toute notre attention, ci-gît l'épouse d'un capitaine de cavalerie, chevalier de la légion d'honneur. 

 

 


 

--

 1er Août 2015

SOISSONS

Jean-Baptiste BERLIAT

 

Après recherches du responsable du cimetière, 

Jean-Baptiste BERLIAT est inscrit sur la stèle de la concession perpétuelle n°90

 située dans le canton B3, 4ème rangée, 13ème sépulture.

Merci à 

l'équipe du cimetière de Soissons

Pascaline JAMET – Service des Archives municipales

Maryse VATEL – Service Etat Civil

 

-- 

 

Jeudi 23 Juillet 2015

 URCEL

JACQUES DANNEQUIN

  Au cimetière, tombe de  Jacques Dannequin,

capitaine. Il prend part à la campagne de Russie comme lieutenant au 7e dragons. Il est blessé aux batailles de la Moscowa et Winkowo.

Le monument a été restauré et inauguré par l'A.C.M.N le 30 septembre 1990.

Ici repose le corps de Mr Dannequin, capitaine de dragons, chevalier de la légion d'honneur, décédé le 28 février 1851.

Aux quatre coins des inscriptions

MANTOUE / WAGRAM / MOSCOWA / CRAONNE

 

--

Mardi 21 Juillet 2015

 

Cimetière de Soissons

Sépulture de Joseph Ratelle

Chef d'escadron 1er Chasseurs

Photo d'Alain Chappet en 1982.

 Aujourd'hui détruite à tout jamais.

La sépulture a été détruite dans les années 1990.

 Après bien des semaines de recherche, l'emplacement de la sépulture est enfin trouvé.

 
Nous avons perdu à tout jamais la sépulture de Joseph Ratelle (dans les années 1990 - 2000). Les deux cheminées que l'on retrouve sur la photo d'Alain sont encore visibles,  la sépulture de Ratelle se trouvait en premier plan de la photo, devant les plots ronds, et les deux dalles couchées, encore visible de nos jours. Merci aux équipes du cimetière de Soissons, pour votre aide précieuse dans notre recherche. Pour la petite histoire, la sépulture de Ratelle se trouvait canton L. Il reste cependant canton K numéro concession 173, tombe 41, la sépulture de son épouse. Les restes de Joseph Ratelle n'ont pas été rapatrié lors de la destruction de sa sépulture.
Sous ce gravier blanc repose à tout jamais les restes d'un soldat de l'Empire. 

En ce qui concerne la sépulture de Jean-Baptiste BERLIAT, elle aussi  à fait l'objet d'une destruction. 

 

--

 

 

Juillet 2015

 OIGNY-EN-VALOIS

 


 A gauche de l'église le Cénotaphe du Général Henry Charpentier

Général de Brigade en 1799

Sert en Italie sous Murat et Jourdan

Général de Division en 1804

Chef d'état-major du prince Eugène dans la campagne de 1809 en Italie

Puis à Wagram

Sert en Russie 1812 et en Saxe 1813

s'illustre à la bataille de Leipzig

Est nommé commandant de la Jeune Garde à Paris en 1814

sert à Craonne et à Fère-Champenoise

Comte de l'Empire en 1810.

 









 

--

Dimanche 5 Juillet 2015

 

Cimetière de Soissons

 

 

– François Valentin, adjudant-général chef de bataillon (1794), général de brigade en 1800, 

baron de l’Empire en 1809

 (À gauche en entrant).


 


 

Intervention de l'A.C.M.N. auprès de la Mairie pour la sauvegarde au cimetière communal

Sépulture en danger.

 Tombe d’un brave/Ci-gît Valentin François/Maréchal de camp, commandeur de la légion d’honneur de Naples / Chevalier de la couronne de Fer / et de plusieurs ordres / Mort le 13 novembre 1822 âgé de 59 ans /
CAMPAGNES / VENDEE , ITALIE , EGYPTE, NAPLES, SIEGE DE GAETE, WAGRAM, WILNA / Allemagne
/Espagne, PREMIERE ET DERNIERE/ DE RUSSIE.
 

 

A LA MEMOIRE DES FRERES HUMEL

– Inscriptions à la mémoire des frères Humel : « À / LA / MÉMOIRE / DES / DÉFENSEURS / DE LA PATRIE / MAXIME HUMEL / ET PIERRE HUMEL / MORT DANS / LES PLAINES / DE DRESDE / ET DE / LEIPZIG / EN 1813. » (Au fond du cimetière, sur la droite, obélisque entouré d’une grille).
  

 

Intervention de l'A.C.M.N. auprès de la Mairie pour la sauvegarde au cimetière communal

Sépulture en danger.

 

 

Obélisque entouré d’une grille « A LA MEMOIRE DES DEFENSEURS DE LA PATRIE/ MAXIME HUMEL / ET PIERRE HUMEL / MORT DANS LES PLAINES / DE DRESDE ET DE LEIZPIG EN 1813 »

 

 

 

 

 

A LA MEMOIRE DU GENERAL RUSCA, DU COLONEL CHARLIER, ET DU CHEF DE BATAILLON CHARPENTIER

 

 

– Obélisque à la mémoire des combattants de 1814, du général Rusca, du colonel Charlier et du chef de bataillon Charpentier. Haut de six mètres, au centre du cimetière.
 



 

Sépulture de Joseph Ratelle

Chef d'escadron au 1er Chasseurs.

 
D'après une photo d'Alain Chappet

 

 



 

La sépulture se situe au canton K rang 2, Numéro concession 173, Tombe numéro 41, proche de la maison du gardien.

 

 

 

– Camille-Louis de Foucault. Élève de Polytechnique (1802), lieutenant au 2e d’artillerie à cheval (1806), capitaine (1810), chef de bataillon (1813). Il a participé aux campagnes d’Autriche (1809), de Russie, Saxe et France. (Chapelle au fond du cimetière).

 

Intervention de l'A.C.M.N. auprès de la Mairie pour la sauvegarde au cimetière communal

 

La plaque commémorative est détruite.

 

Élève de Polytechnique (1802), lieutenant au 2e d’artillerie à cheval (1806), capitaine (1810), chef de bataillon (1813). Il a participé aux campagnes d’Autriche (1809), de Russie, Saxe et France. (PC détruite à l'intérieur de la chapelle).

 

  

Au fond du cimetière à quelques encablures de la sépulture de Joseph Ratelle, une autre sépulture d'un grognard, malheureusement détruite dans les années 1970.

il reste beaucoup de travail à faire avec l'archiviste de la Mairie de Soissons. pour identifier les sépultures du premier et second Empire.